QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?

La chondropathie  doit être prise en charge de manière globale afin de retarder,

stabiliser ou prévenir son apparition : le cartilage doit être protégé.

Un traitement approprié doit être mis en place dès les premiers signes de gêne ou de souffrance.

On distingue principalement 4 différents traitements :

1. LES ANTI-INFLAMMATOIRES :

Il est possible de diminuer la réaction inflammatoire grâce à l’administration d'anti-inflammatoires.

On distingue 2 types d'anti-inflammatoires :

 

1. les anti-inflammatoires non stéroïdiens 

 

2. les anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoide).

 

 

Le froid est lui aussi un anti-inflammatoire naturel d’où l’importance du "glaçage"

1. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

 

Ils sont administrés par voie orale (comprimés).

Il est préférable de les prendre au milieu du repas et de les combiner avec un protecteur gastrique afin d’éviter des brûlures d’estomac voire des complications digestives plus graves.

 

Ils diminuent l’inflammation des tissus (muscle, tendon, ligament, cartilage…) et en même temps calment la douleur.

 

 

C’est un médicament qui doit impérativement être prescrit par un médecin afin de s’assurer

du bon dosage et de la bonne indication.

2. Les anti-inflammatoires stéroïdiens ou cortico-stéroïdiens

 

Ils sont administrés localement par injection (infiltration) dans l’articulation douloureuse.

 

 

C’est un médicament qui doit être prescrit impérativement et injecté par un médecin afin

 

 

 

de s’assurer de la bonne indication et de la bonne technique.

2. LES CHONDROPROTECTEURS (protecteurs de cartilage) :

Ce traitement apporte aux articulations et au corps un complément moléculaire

dont la production est également naturelle :

 

ce sont les chondroprotecteurs (acide hyaluronique, glucosamine et chondroitine).

 

 

Ils ont la capacité de nourrir le cartilage et participent à une meilleure lubrification.

 

Leur rôle va être de préserver le "capital" cartilage. Ils permettront, en diminuant

les douleurs, un retour à une vie moins contraignante et plus confortable.

 

 

 

En aucun cas, les chondroprotecteurs ne peuvent régénérer le cartilage.

La glucosamine et la chondroïtine sont administrées par voie orale.

 

Ce sont des suppléments nutritionnels qui vont protéger votre cartilage afin d’éviter

sa dégradation.

Il agit d’une façon prolongée en assurant la nutrition et la protection du cartilage.

 

 

C’est un médicament qui doit être prescrit et injecté par un médecin afin de s’assurer

de la bonne indication et de la bonne technique.

L’acide hyaluronique est administré par infiltration dans l’articulation.

 

3. LES AUTRES TRAITEMENTS NON CHIRURGICAUX :

LA PERTE DE POIDS :

 

L’excès de poids est un des facteurs favorisant la chondropathie pour certaines

articulations et plus principalement celles du membre inférieur (les genoux, les

hanches et les chevilles).

 

 

LA RÉÉDUCATION FONCTIONNELLE :

 

Elle est considérée comme un traitement important dans la prise en charge de la

chondropathie et de l'arthrose.

 

Elle a pour but d’adapter votre système articulaire et musculaire à vos différents

besoins fonctionnels quotidiens.

LES SEMELLES ORTHOPÉDIQUES :

 

Elles sont parfois nécessaires pour mieux axer le membre inférieur, mieux répartir

les charges et diminuer les contraintes sur l’articulation en souffrance.

4. LE TRAITEMENT CHIRURGICAL :

Enfin, lors d’un échec des traitements conservateurs ci-dessus, ou d’une usure très

avancée, le recours à un traitement chirurgical peut être proposé afin de soulager la

douleur et améliorer la fonction.

 

 

Plusieurs options chirurgicales peuvent être envisagées en fonction des lésions diagnostiquées.

A LIRE PAGE SUIVANTE